Disiz-Zilla plus monstrueux que jamais

Disiz revient avec son douzième album: DisizZilla. Clin d’oeil évident au monstre japonnais qui annonce un retour fracassant dans le rap. On fait des rations, on se glisse sous la table et on monte le son: Disiz Attaque!

Monstre: subs. masc. Chose qui s'écarte de la norme habituelle.

Voilà un mot qui colle parfaitement à la carrière de Disiz. En effet, ce dernier n’a jamais cessé de s’affranchir et s’approprier les codes du rap pour définir sa propre musique. On se souvient du mélange electro/punk de son 6ème album Dans le ventre du crocodile, de ses précédents au sources (Rap Machine , Trance-Lucide). Ou encore l’an dernier son très réussi Pacifique, qui lorgnait du côté de la Stromae/pop;

Pour ce 12ème album Disiz La Peste ne met pas de coté ses expériences sonores tout en se recentrant encore une fois sur un rap plus brut. Voire electro-brutal comme la trilogie Kaiju/Disizilla/Mastodonte qui ouvre l’album. Des titres surpuissants aux beats lourds qui s’inspirent des BO de films catastrophes. Le sample de Mastodonte est, par exemple, tiré du film Godzilla Vs Mothra de 1992.

Mais ce Disizilla n’est pas que destruction et fureur. Comme le chante Disiz 

« mes albums sont des cathédrales, on les comprendra plus tard,

leur albums des fajitas, on les chiera dans une heure »

…avec tous les mystères et les richesses que cela comporte. On retrouve donc des titres plus doux et intimes comme Terre Promise sur lequel le rappeur raconte son enfance en s’adressant directement à sa mère sur une mélodie dissonante (spécial dédicace à l’étrangeté de l’été en la matière). Plus tard c’est sa fille, Eari, qui chante le refrain d’Ulysse. 

Nouvel album, nouveau personnage et nouvelle réussite pour Disiz devenu maître dans l’art du renouvellement . Il faudrait un jour faire l’analyse de l’oeuvre du bonhomme et de ses multiples personnalités. Mais le rappeur atteste d’une vraie constance dans le milieu. Il ne s’est jamais enfermé dans un style. Il suit la vibes sans se trahir, sans jamais (trop) chercher le hit. Son premier succès J’pête les plombs est désormais bien loin, pourtant la folie guette  encore Disiz.

Disiz La Peste

#DisizHit!

Disiz – Disizilla / date de sortie 14/09/2018  (Polydor/Universal).