De Paris à Marseille, l’électronique française se porte bien.

De Paris à Marseille, l’électronique française se porte bien. Flavien Berger et French 79 étaient justement à Marseille dans le cadre du festival Marsatac.

marsatac-2016

Au lendemain d’une soirée placée sous le signe du hip-hop, le festival marseillais Marsatac proposait samedi 24 septembre une nuit électronique à la Friche de la Belle-de-Mai. Si Agoria face à Louisahhh et Richie Hawtin ont ravi les amateurs de BPM, gros plan sur les deux français qui ont ouvert les hostilités avec classe : Flavien Berger et French 79.

Flavien Berger

begreAprès ses passages remarqués au festival Yeah et au MIDI cet été, le Parisien Flavien Berger s’attaquait à Marseille en début de soirée dans une salle du Cabaret Aléatoire d’abord clairsemée avant de finir bien remplie et comblée. En short et t-shirt de l’union européenne, seul avec ses claviers et ses machines, Berger a dévoilé ce répertoire mêlant habilement textes surréalistes, audace musicale et beaucoup de bon goût.


Entre ses EP initiaux, son album Leviathan et le cintré disque de Noël dernier, le protégé de Pan European Recording a aligné une kyrielle de compositions liquides, spatiales, terrestres… 
Devant un public visiblement conquis et avec son humour lettré, Flavien Berger s’est offert quelques improvisations mais a conduit le long voyage électronique qu’est «océan rouge» avant son improbable «tube» «La fête noire» aux accents Suicide / rockab’. En point d’orgue, son «Trésor» lui a donné l’occasion de quitter la scène pour se rendre au milieu du public en demandant à tout le monde de s’assoir «les mains sur le sol, les yeux dans les yeux».

flavien-berger

En offrant son versant plus pop sans trop tomber dans l’expérimentation, le garçon offre de réelles promesses et a régalé les marseillais qu’il retrouvera jeudi de nouveau à la Friche au côté d’un autre espoir : Jacques.

French 79

Après l’élite de Paris, c’est l’une des têtes de gondole de la scène marseillaise qui s’emparait dans la foulée du Cabaret. Simon Henner, membre de Nasser et Husbands, lançait avec son projet solo French 79 la tournée live pour promouvoir son album à paraître «Olympic». Dans la même configuration que Berger mais avec un jeu de lumière et une salle d bondée, il a enfilé les perles que sont «Angel», «Drop» ou encore «Between the button».

french79

Des ballades électroniques mid-tempo aux nappes de claviers chaleureuses dans la droite lignée de cette «touche française» à laquelle il rend certainement hommage et qu’il poursuit avec élégance. Sa face plus énervée avec notamment le «Garnier-isant» «Hush Hush» a aussi accéléré le rythme dans un Cabaret devenu moite et remuant.

Ses compositions comportant des voix laissées (temporairement ?) de côté pour un set purement instrumental, French 79 offre lui aussi beaucoup d’espoir avant la sortie de son long format fin octobre. De Paris à Marseille, l’électronique française se porte bien.

Emmanuel