J’ai testé Prizm, le lecteur intelligent !

Le Prizm est le début d’une révolution dans le monde de ma musique en stream. Ce petit triangle inventé par une start-up française offre une nouvelle conception de la playlist collaborative… Mais encore?

Souvent, dans ma voiture ou à mon domicile, c’est moi même le seul capitaine à bord. Autrement dit: touchez pas à la playlist ! c’est bibi qui gère. Chez les autres je subis en silence quand la musique ne me plait pas. Et chez moi, non pas que je me venge.. mais entre poteaux mélomanes, il est normal que je leur offre une petite mise à jour des mes dernières trouvailles musicale..

Bref, un si long préambule pour vous parler d’un nouvel, outil, appareil, gadget qui risque de changer les choses. Pour vous la faire simple, le Prizm est l’ami de vos amis. À partir d’un algorithme qui interroge les gouts musicaux des vos convives, Prizm propose de la musique qui plaira à tout le monde. Finis le diktat de l’hôte de maison. Si t’est 100% rap et que ton pote est plutôt rock, un bon vieux Kasabian ou un Strokes viendra vous surprendre en pleine conversation.

Mais comment marche Prizm?

Il faut d’abord y mettre un peu du sien, car conformément à « informatique et libertés » Prizm ne pourra pas connaître vos gouts si vous ne l’y autorisez pas. Pour faire partie de l’expérience Prizm, l’installation de l’appli (Mac Os + Androïd) est indispensable. Il suffira de donner au minimum trois chansons que vous aimez pour que le « profilage » puisse s’enclencher. Ensuite au fur et à mesure des titres proposés, un like ou dislike permettra à l’intelligence artificielle de s’affiner au fil des écoutes. Ces opérations, comme le réglage du volume, peuvent s’effectuer depuis votre smartphone ou directement sur le petit triangle au design plutôt discret.

Le catalogue quant à lui à l’air plutôt très bien fournis quelque soit votre style de prédilection. On sent que les concepteurs du produit ne sont pas que des geeks en puissance. Il faut une certaine culture musicale pour arriver à un tel résultat. Pourtant, dans le cadre d’une écoute individuelle (même si ce n’est pas le but j’en conviens), l’expérience peut apparaitre un point décevante:

Mes réserves sur Prizm:

Voici un exemple précis: si au fil des tracks, je commence par liker un titre de Missy Elliott, Prizm va l’enchainer avec Lil Kim, puis Mc Lyte.. Prizm va avoir tendance à m’enfermer dans le genre ou sous genre « liké ». En l’occurence ici: du rap féminin des années 90-2000. Autre exemple: si j’entre Orelsan dans mes gouts, l’intelligence artificielle va me faire écouter du « rap » mainstream mais nullement du Orelsan, le dernier album n’apparaissant pas dans les titres proposables. Mais rassurons nous, les développeurs travaillent d’arrache pied pour perfectionner le moteur de recommandation musicale.

Vous l’avez compris. Si vous souhaitez faire écouter un titre précis, il vous faudra changer de device. Toute la valuer ajoutée de Prizm et qu’il fonctionne par affinités. Cela demande un minimum de sérendipité. En DJ et blogueur aguerri j’ai même découvert quelques pépites grâce à Prizm.

prizmJ’ai aimé chez Prizm:

-Facile à installer et à utiliser

-Design réusssi

-Musicalement démocratique.

-Un gros catalogue, sans pub !!

 

J’ai moins aimé chez Prizm

-impossible de sélectionner un titre précis ou de zapper sans « diskiker ».

-Installation de l’application obligatoire

En bref !

Si tu aimes faire plaisir à tes amis, invite les à installer Prizm et ils se sentiront « musicalement » bien chez toi. Tu tiens un café ou une boutique? Prizm t’évitera aussi de remettre une énième fois ta mauvaise compile lounge. Ou tout simplement, tu tournes en rond dans tes playlists, mets y du tiens et Prizm pourra te faire découvrir des trucs sympa ou t’éviter de jouer des trucs qui n’ont rien à voir avec ta propre choucroute. En plus ce n’est que le début, des nouvelles perspectives débarquent prochainement: mode webradios, playlist de la semaine…

#démoctratique #sérendipe #cocorico