Sébastien Tellier : Interview (1/2)

MusiK Please a rencontré Sébastien Tellier à à l’occasion de la sortie de son quatrième album My God Is Blue. Voici le fruit de cette entrevue:

Nous sommes le mercredi 21 mars nous venons d’écouter en avant première «My God Is Blue» dans le sous sol de la « Fidélité » (Paris). L’ouverture de l’album est le titre déjà culte “Pépito Bleu”. Mais là, il y a un hic! Dans l’équipe, on adore Sébastien Tellier, mais question petit gateaux, on est plutôt Granola…

Sébastien Tellier:  “Mon biscuit préféré c’est Pims mais ça n’allait pas. J’aurai pu mettre oreo, puisque Pepito n’est connu qu’en France..et au Portugal peut être. Oréo tout le monde aurait compris. Mais Pépito, c’est toute mon enfance. Finalement on s’est tous construit sur des Pepitos.. des petite émission pour enfant…des mangeages de gateaux
On s’est tous construit en tant qu’adulte avec tout ça. Donc le croustillant du biscuit du biscuit c’est ça les vrai valeurs. Je le pense vraiment.

Sinon l’Italie… les Italiens qu’est ce qu’il deviennent ces gens là ?

Alors que SébastienTellier divague nous illumine avec ses prophéties autour d’un rosé et de cigarettes bleues, le David Pujadas qui sommeille en nous se sent obliger de recentrer le débat :

Parler de “vague bleu”* en pleine période électorale…c’est un clin d’oeil à l’UMP ?

Sébastien Tellier: “On m’a déjà posé cette question. Et je me suis rendu compte que l’UMP c’est bleu. Mais
bon tout les mouvements politique ne sont ils pas bleu ? A part les communistes. Tous se réclament du bleu. Bon j’aime le rouge aussi. Mais bleu c’est un peu la couleur de la France. On dit de l’équipe de foot c’est les bleus . C’est un peu la couleur des Français. Bon je l’ai pas fait pour ça, ni pour l’ump. En revanche si j’avais voulu bien jouer mon coup j’aurai pas sorti mon album en période éléctorale. Le tout est complètement absorbé par la politique on est dans une moulinette infernale de la politique, qui ne laisse pas de place à la culture finalement.
Si j’avais voulu jouer avec les élections j’aurai chois de jouer dans un autre tempo. C’est parce que je me sens loin de tout ça que je le fais en même temps ; comme si tout ça n’existait pas, comme si mes valeurs étaient bien plus puissantes. Moi je propose le spirituel, de remettre l’imaginaire au centre de la société. Voilà ce qu’on ne propose pas aujourd’hui. Alors qu’en quelque instants, en un coup de baguette magique on pourrait tout transformer. Et on pourrait être enfin bien, ou presque bien parce qu’on ne peut pas être totalement bien. Les valeurs de l’Ump je les ai dépassés mille fois depuis bien longtemps comme celle du PS et le autres sauf Marine Le Pen… je déconne…. Non les idées politique pour moi sont très basses et les idées spirituelle très très hautes.”

Sous ces allures prophétiques… tu t’impose alors comme un nouveau dieu ?

« Bien sur je ne suis pas un Dieu, mais ça tout le monde le sait malheureusement. J’aurai aimé être un messie, mais ce n’est pas le cas non plus. Finalement je fini par être une mascotte, je suis à la fois la maman de l’alliance bleue puisque je crée ce mouvement, mais je n’aurai même pas de contrôle puisque l’alliance bleue va dépendre de ses fidèles. Je ne suis donc même pas le dieu de l’alliance bleue. Le dieu de l’alliance bleue c’est le dieu bleu.
Sinon dans la vrai vie, ma vie de quelqu’un de normal j’ai trois dieu. Le dieu Catholique que j’ai eu quand j’étais enfant c’est le dieu de ma famille, de la culture française etc…c’est que j’appellerai le dieu normal. Après j’ai un autre dieu c’est le dieu musique, puisque c’est la musique qui me donne mon énergie, c’est la musique qui me fait vivre, c’est la musique qui me donne à manger, c’est la musique qui me fait croire au monde etc… Et puis après j’ai un troisième dieu qui est le dieu bleu et il existe tout autant que les autres puisqu’il ma donné l’inspiration pour cet album et c’est lui qui m’a certifié mes vérités. “

Quelques gorgées de cigarettes bleus plus tard…

C’est grâce, à travers le bleu que j’ai compris des choses, même si ça ne veut rien dire mais pour ceux qui ont pris un jour des acides, ou des champignons hallucinogènes parfois on comprend des choses mais à
travers des pixels, des formes qui évoluent, ou à travers une certaine profondeur de champs
(ou s’il y en pas justement) et donc ….il y a ce dieu bleu. “

Long silence…

Les textes ne suffisaient pas à mon idée. J’ai du construire un concept…. Pour me sentir à l’aise. En concert, je n’ai pas la force de certain artiste. C’est quelque chose qui me met en confiance.

L’album « My God Is Blue » sort le 16 avril chez Record Makers / Barclay, nous l’avons chroniqué ici.

Suite de l’entretien ici : http://musikplease.com/sebastien-tellier-interview-22-26149

Pas de commentaires

  1. Luis Maniche
    avr 25, 2012 @ 20:27:44

    Ça renforce et confirme son côté « West Side à l’Ouest » ;-)

  2. Interview Sebastien Tellier
    juil 21, 2013 @ 18:10:37

    Merci pour cette interview, on en apprend beaucoup sur le personnage ;) Si vous voulez en savoir plus sur les mystères de ses clips allez voir l’interview qu’il a donnée à la web tv, par ici http://goo.gl/wQKSd