Manu : toujours plus loin, vers L’Horizon

Manu revient avec un septième album studio. Insufflant à sa musique une vision plus large que jamais, presque à perte de vue. Comme « L’horizon ».

Manu, L'horizon, cover

L’ex chanteuse des inconsolables (et regrettés) Dolly poursuit sa trajectoire solo. Avec « L’horizon », disque personnel qu’elle a enfanté pratiquement toute seule. Assumant composition, production ainsi que le mixage (épaulée pour quelques morceaux par son ingénieur du son Frédéric Jakubiak).

Manu, Emmanuelle Monet, promo

Au final, l’opus rassemble vingt plages au cours desquelles Manu hybride, (se) débride, étanche plus que jamais sa soif kaléidoscopique. Rock, electro, interludes, expérimentation… le patchwork défile sans complexe. Suivant une trame flexible mais nullement dessinée au hasard.

« Merci à vous qui prenez le temps de lire ces lignes et d’écouter ce nouvel album (en entier et dans l’ordre c’est mieux)
Bon voyage ! Love U All <3 »

Manu

Justement intitulé, le titre « Play » cristallise l’état d’esprit de la rockeuse Nantaise. Mélodie synthétique surannée, néanmoins entêtante. Manu s’amuse. Replonge dans l’enfance ( « Kid » ), mais reste adulte (la touchante nostalgie de « À partir » ). Elle joue efficacement avec les mots (le bien rock «  M’aime pas en rêve »). S’urbanise même le temps d’un « Lalala » amalgamé avec le rappeur Yaz

Le résultat louvoie, ne cesse de prendre au dépourvu. Et contrairement à ce que déclame la chanson « Tout est parfait », l’album ne l’est pas. Sans s’avérer décousu, « L’horizon » vacille de temps à autre. Par léger excès de dilution. Mais il n’empêche qu’il foisonne de créativité. Autant que de naturel.

Toujours très ancrée dans les sonorités des années 90, Manu continue d’aller de l’avant. Tente, ose avec un tel emballement qu’il en devient communicatif.

#HorizonEnsoleillé

Manu L’horizon / Disponible chez Tekini Records.